Ce blog reprend les "Lettres de Direction" susceptibles d'intéresser la communauté éducative

vendredi 17 mai 2013

Travaux du CSN : la commission "éducation et pédagogie"


 


Isabelle Bourhis et Eric Krop,
secrétaires nationaux
en charge de la commission
"Education et pédagogie"
La richesse des débats menés en académies a permis au conseil syndical national d’avril 2013 de se prononcer pour une nouvelle architecture du collège. La formation de tous les collégiens au socle commun de connaissances, de compétences et de culture doit se distinguer du processus d’orientation des élèves relevant de l’articulation 3ème/2nde, dans le cadre d’un rapport nouveau des parents à l’Ecole.Le CSN s’est aussi prononcé sur une redéfinition de l’éducation prioritaire.      
L’objectif d’atteindre 50% d’une classe d’âge diplômés de l’enseignement supérieur impose de mettre en œuvre des cursus adaptés aux bacheliers professionnels et de faire évoluer les flux en filières générales et technoloqiques.
Dans un large consensus, nous avions travaillé lors du congrès de Lille sur les missions des personnels de l'EPLE. Aujourd'hui, nous demandons de la cohérence entre les missions des enseignants et leur statut.


Travaux du CSN : la commission "métier"




Pascal Bolloré, secrétaire
national en charge de la
commission "Métier"
Le travail de la commission "métier" s’est articulé autour de différents thèmes les 8 motions votées au cours de ce CSN confortent et enrichissent les mandats du congrès de Lille :
Les emplois d’avenir : pour qu’une solution stable, pérenne et efficace soit enfin trouvée ;
- APS : demande d’un bilan de l’implantation et des modalités de fonctionnement ;
La rentrée 2013 et la conséquence de l’augmentation inquiétante des incertitudes liées aux horaires de service de certains professeurs ;
Les logements de fonction : état des lieux d’éventuelles « interprétations » du décret du 9 mai 2012, par les collectivités ;
Le numérique : la question de la sécurité et de la fiabilité des flux d’informations relève aujourd’hui de la continuité du service public…
Décentralisation acte 3 : quelle base pour un véritable cahier des charges des conventions tripartite ?
Associations sportives : évolution du statut et du fonctionnement avec l’objectif d’assurer la pérennité du sport scolaire. Le SNPDEN-UNSA exige la clarification de la situation du sport scolaire dans les EPLE ;
- Les multi-sites et leur organisation ;
L’organisation des examens et la complexité de l’organisation des épreuves de langues.

lundi 1 avril 2013

Alerte sanitaire de 1° avril : des mille-feuilles étouffants !



Et une couche de plus à l'indigeste baccalauréat : les épreuves de langue. Une fois encore, au lieu d’engager une réflexion de fond sur la tenue des épreuves, on rajoute une couche sans toucher aux précédentes.
Et une couche pour le DNB : des "perfomances" (sic) en EPS contraires à l'esprit du programme et de toute façon inatteignables...
Le bac comme le DNB deviennent ingérables pour les établissements contraints de mettre leurs élèves dehors pour cause d’examen. Ce n’est plus la reconquête du mois de juin mais l’envahissement du mois de mai et de l’année scolaire tout entière.
Dans un mille-feuille bourratif de mauvaise qualité, seule la première couche est mangeable...

vendredi 29 mars 2013

Un coup sévère porté à la laïcité


Dans un arrêt rendu le 19 mars dernier, désavouant les jugements précédents, la Cour de cassation vient de porter un coup très sévère à la laïcité, désormais évincée des entreprises même associatives, et y compris en charge d'enfants comme une crèche coopérative condamnée pour avoir voulu la faire respecter à un de ses personnels. Dans notre pays, la laïcité serait ainsi confinée au seul service public : c'est la conséquence dévastatrice de la prise de position de la Cour de cassation qui interroge les juristes eux-mêmes.
Compte tenu de la gravité des conséquences de cet arrêt, le prochain Conseil syndical national qui se réunira le 9 avril se saisira de cette question afin d’examiner l'action à conduire.

lundi 11 mars 2013

L'amendement du SNPDEN intégré à la loi ESR


Le SNPDEN, qui représente la profession au CSE (Conseil Supérieur de l'Education) et au CNESER (Conseil National de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche) y a notamment déposé et défendu un amendement, visant à élargir à l'ensemble du post-bac en lycée les conventions avec les universités, primitivement limitées aux seules CPGE.

Il s agissait de mettre fin à un système asymétrique contraire aux principes annoncés et permettant d'impliquer les universités dans la question des poursuites d'études des bacheliers professionnels. Pour commencer, cela doit permettre de régler enfin la question des ECTS (European Credits Transfer System) des BTS. Cet amendement, soutenu par de larges majorités au CSE et au CNESER, a été intégré au projet gouvernemental.

lundi 14 janvier 2013

La neutralité du service public


La préconisation d'introduire le débat sur le "mariage pour tous" en termes polémiques dans les établissements scolaires faite par le représentant de l'enseignement privé se situe aux antipodes d'une démarche éducative responsable.
Chercher à enrôler les adolescents qui nous sont confiés dans un débat qui clive le champ politique, c'est mettre en cause le vivre-ensemble qui est le creuset de l'Ecole de la République. L'indispensable éclairage pour les élèves des enjeux sociétaux tel qu'il peut normalement se dérouler en ECJS ou dans le cadre d'une Maison des Lycéens ne peut pas être le prétexte à leur instrumentalisation.
Par ailleurs, le SNPDEN rappelle avec force que les établissements privés qui acceptent de recevoir des fonds publics doivent également accepter de se soumettre aux contraintes de l'intérêt général qui en découle dans les mêmes conditions que les établissements publics.

vendredi 30 novembre 2012

Le ministère renonce à la solution des GIP-GRETA


Le SNPDEN, qui syndique la majorité des présidents et ordonnateurs des GRETA,  se réjouit que son action tenace dans le cadre de l’UNSA ait conduit le ministère à renoncer à la solution des GIP-GRETA dont les EPLE n’auraient été que des sous-traitants (mais responsables des dettes !).

Pour le SNPDEN, ce renoncement ne doit pas être le simple retour au statu quo ante. Il faut que soit amélioré le fonctionnement des GRETA, en particulier l’articulation entre le CIE du GRETA et le CA de l’EPLE support, que soient respectés les équilibres auxquels les discussions ont permis d’aboutir entre le respect de l’autonomie des EPLE et de leurs groupements et celui des cohérences des politiques nationale et académique de formation continue.
Un pas décisif a été franchi : le dialogue social a montré son efficacité mais ce n’est pas terminé pour autant. La manière dont il sera décliné dans les académies aura une incidence capitale sur l'évolution d’un dossier que l’UNSA Éducation et ses syndicats ont toujours considéré comme majeur.

vendredi 19 octobre 2012

Refondation : le SNPDEN toujours présent et actif


Le SNPDEN a pleinement participé aux ateliers de la Refondation. Depuis la remise du rapport par Nathalie Mons à François Hollande le 9 octobre, c'est une nouvelle étape qui s'ouvre : celle de la loi et de sa mise en œuvre. Pour débuter, Vincent Peillon a organisé un véritable marathon de deux jours (les 15 et 16 octobre) avec les principales fédérations de l'Education. Seule l'UNSA comptait un personnel de direction dans sa délégation : Philippe Tournier qui a pu ainsi faire valoir non seulement le point de vue de la profession mais aussi porter nos mandats du congrès de Lille et nos valeurs sur l'ensemble des questions éducatives.
> La modification de la présidence des CA est explicitement écartée ainsi que le transfert de l'enseignement professionnel aux régions.
> Un socle commun de connaissances, de compétences et de culture structurant la scolarité obligatoire a été réaffirmé (avec un LPC plus opératoire et un rapport aux programmes moins confus) ce qui rencontre toujours l'hostilité de la FSU et de FO.
> Le rôle et l'importance du conseil pédagogique ont été fortement réaffirmés, des cycles "chevauchant" (CM2/6°, 3°/2°) sont envisagés.
> Des contrats d'objectifs tripartites EPLE-Etat-collectivités éclairciront mieux les obligations des uns et des autres (enfin !) auxquels FO s'est déclaré opposé.
> A l'occasion de l'éducation prioritaire, l'annonce de la refonte de l'allocation des moyens plus lisible et transparente pour tous les établissements.
> La maintenance informatique de la compétence explicite des collectivités.

Quelques points parmi les nombreuses annonces du ministre :
La décision finale appartiendra au seul pouvoir politique légitime, mais nous devons rester présents et poursuivre notre réflexion car, après, le vote de la loi (sans doute au tout début 2013) n'est que la première étape. Le SNPDEN fait et fera valoir en toutes occasions notre rôle de leader pédagogique des établissements pour la défense des valeurs du service public d’éducation.

jeudi 11 octobre 2012

Après le discours du président, la réaction de l'UNSA



L’UNSA-Éducation se félicite que le Président de la République ait pris à son compte un très grand nombre de propositions contenues dans le rapport de la concertation. Les annonces pour la rentrée 2013 concernant un engagement budgétaire réaffirmé, en priorité en primaire, les écoles supérieures du professorat et de l’Éducation, le retour à 9 demi-journées de classe, étaient attendues. Elles constituent des mesures de réparation.
L’UNSA-Éducation retient de l’intervention du Président l’objectif de faire réussir tous les jeunes et de basculer vers une orientation choisie, clés d’une réelle refondation. Le socle commun, une évaluation repensée, les projets éducatifs territoriaux, la e-Éducation, sont des engagements importants et bienvenus.
Il revient désormais au ministre d’apporter des précisions et de fixer un calendrier pour bâtir la loi d’orientation et de programmation. Ce calendrier doit permettre de traiter rapidement des urgences pour la préparation de la rentrée 2013. Il doit également inscrire sur la durée du quinquennat les sujets à discuter qui permettront de mettre en œuvre concrètement la loi, mais aussi ceux qui ne sont pas ou peu abordés aujourd’hui, notamment le lycée.
La refondation de notre École sera réussie si ce dialogue avec les personnels est constructif et si l’ambition de la réussite de tous ne reste pas un slogan.

jeudi 20 septembre 2012

Sport scolaire : une clarification nécessaire

Dans son récent rapport, la Cour des Comptes souligne la précarité de l’organisation du sport scolaire reprenant, dix ans plus tard, bien des éléments surlesquels le rapport Leblanc avait attiré l’attention en 2001 sans qu'aucune décision n'ait été prise ni alors, ni depuis.
Le SNPDEN demande une rapide clarification 
du statut du sport scolaire et de son fonctionnement : après l'alerte que constitue le rapport de la Cour desComptes, c'est la condition indispensable pour assurer sa pérennité.
Contact presse / Cédric Carraro : cedric.carraro@snpden.net

mercredi 29 août 2012

Public/privé : pour une égalité de traitement.


Le SNPDEN avait dénoncé le scandale de la création d'une seconde année en classe préparatoire (MP) dans un lycée privé de Cannes alors qu'elle était refusée au lycée public de Valbonne qui y avait d'évidence plus de titre (voir Lettre de Direction n°295).
Suite à l’intervention rapide et ciblée du SNPDEN, cette flagrante inégalité de traitement public/privé sur le bassin de Cannes a été corrigée et une classe de MP est également ouverte au lycée de Valbonne.
Le SNPDEN se félicite d’avoir obtenu gain de cause et réaffirme sa détermination dans la lutte pour la défense du service public d’éducation.

mercredi 18 juillet 2012

Bonnes vacances


Le SNPDEN souhaite à tous de bonnes vacances même si elle ne sont pas toujours pour maintenant ...
C'est d’ailleurs le cas pour le SNPDEN qui participe actuellement activement aux quatre ateliers de "Refondons l’École" lancés par le gouvernement afin de préparer la loi d'orientation et de programmation prévue d'ici la fin de l'année 2012.
A bientôt...

jeudi 21 juin 2012

Enfin une réforme des retraites ...


…. qui est un vrai progrès et non une régression. Le décret adopté en Conseil des ministres le 6 mai rétablit le droit au départ en retraite à 60 ans pour les personnes ayant commencé à travailler à 18 ou 19 ans et ayant cotisé 41 annuités (génération 1952), soit au moins cinq trimestres à la fin de l’année civile de leurs vingt ans .
Ce texte élargit le dispositif «carrières longues», qui ne concernait que les personnes ayant commencé à travailler avant 18 ans, et l’exigence de huit trimestres de cotisation supplémentaires est supprimée.
En outre, le décret permettra de comptabiliser deux trimestres supplémentaires de congés de maternité, ainsi que 2 trimestres de chômage (ce qui n’était pas le cas).
Ce décret rétablit donc une certaine équité pour les femmes et les salariés ayant commencé à travailler très jeunes.
Sous réserve de validation par le Conseil d’Etat, ces nouvelles dispositions entreront en vigueur le 1er novembre prochain.
Nous publierons le détail du texte et ses conséquences concrètes sur les nouvelles dates de départ possible, dans un prochain numéro de Direction.
                                                                                                                            
En savoir plus ? Philippe Girardy suit le dossier "retraites et protection sociale" au BN.

vendredi 15 juin 2012

Détecteurs de mobiles dans les centres d'examen


une piste à explorer mais une mesure
hâtive et précipitée.

A la suite de l’annonce par le ministère de l’Éducation nationale du déploiement de détecteurs de téléphones mobiles dans des centres d’examen du baccalauréat, le SNPDEN a interrogé deux mille collègues susceptibles d'être concernés : aucun n'avait encore été contacté ce jeudi 14 juin matin, à quelques jours des premières épreuves.
A cette occasion, des collègues ont souligné que des centres ont déjà pris l'initiative de déployer des détecteurs de téléphones mobiles, parfois depuis plusieurs années et le plus souvent en coordination avec le rectorat. Cela veut donc dire que le test a déjà eu lieu : ces centres font parfois état de difficultés matérielles, de précautions juridiques ou de réactions des personnels qui, sans être insurmontables, ne sont pas à mésestimer et auraient mérité une réflexion plus approfondie quant à sa mise en œuvre.
En effet, si les détecteurs peuvent être une piste à explorer, on ne peut que regretter (encore une fois!) le climat de précipitation qui entoure l’annonce de cette expérimentation.

mardi 12 juin 2012

Congrès de Lille - Commission "vie syndicale"


Le congrès de Lille (du 7 au 11 mai) a adopté 5 motions relatives à la laïcité et au dualisme scolaire, une motion d’orientation sur l’organisation de la vie du syndicat et deux motions sur la communication.

Il a également décidé de l’envoi au Premier ministre et aux parlementaires de 10 propositions pour faire vivre la laïcité dans le système éducatif.
Les questions liées à la communication et à la formation syndicales ont également occupé une place importante.
Ces textes ont fait l’objet de débats fouillés, approfondis et constructifs et ont été adoptés dans tous les cas à une très forte majorité, voire à l’unanimité.

jeudi 7 juin 2012

Congrès de Lille - Commission "métier"



Le congrès du SNPDEN, réuni à Lille, a débattu du thème général suivant, proposé par la commission "métier" : « Personnel de direction, un métier : diriger un établissement scolaire hier, aujourd’hui et demain avec l’Etat et les collectivités territoriales ».

Ce thème a été abordé selon les problématiques suivantes :

I - Quelle autonomie pour l’EPLE ?

II - Demain, d’autres modalités d’organisation et de fonctionnement des EPLE ?
21 -  Du multi-sites aux multi - ples formes ?
22 - L’éducation prioritaire, quelle gouvernance ?

III - Quelles missions pour les collèges et lycées ?
Evaluation et évolution de la charte des pratiques de pilotage ?

IV - Gérer les ressources humaines : jusqu’où ?
41 - Remplacer ?
42 - Recruter ?
421 - L’EPLE employeur de droit privé : le risque judiciaire ?
422 - ECLAIR, un essai généralisable ?
43 - Evaluer ? Quelle évaluation pour quelles missions pédagogiques des personnels ?

V - Comment améliorer l’exercice de notre métier ?
51 - Une nouvelle organisation au sein d’une équipe de direction renforcée ? De nouvelles missions d’encadrement ?  Quels collaborateurs ?
52 - Quel cahier des charges pour notre environnement numérique de travail et nos applications informatiques ?
Les thématiques en italiques, qui rejoignaient des préoccupations communes au « métier » et à la « pédagogie », ont été traitées en commission mixte.
Les débats particulièrement riches et productifs ont conduit à l’adoption, souvent à l’unanimité, de dix motions et textes d’orientation. Ce sont des mandats fondamentaux dont s’est doté le SNPDEN pour les  trois prochaines années.

mardi 5 juin 2012

Diriger, c’est un métier !



Lors de la deuxième CAPN consacrée aux mutations, les commissaires paritaires nationaux du SNPDEN ont gagné bon nombre de batailles et sont parvenus à faire résoudre les situations difficiles de certains collègues.

Toutefois, il a parfois été laborieux d’obtenir réparation de modifications pour le moins surprenantes de propositions de la CAPN de mars, publiées  sur le site du ministère mais qui avaient "déplu" à certains hiérarques. Et au moins un de ces postes concernés était à nouveau proposé à la CAPN de mai ! Ces flottements inabituels laissent à penser que les véritables dirigeants n’étaient  pas dans la salle mais dans certaines académies : le seul SNPDEN a dénoncé ce « pilotage à distance ».
 
Heureusement, ces dérèglements ne concernent qu'une minorité d'académies mais certaines se sont particulièrement illustrées : le premier prix mérite sans conteste d'être décerné au recteur de Montpellier. Mais les élus du SNPDEN n'ont pas laissé faire d'où la longueur des travaux de cette seconde CAPN.
 

mercredi 30 mai 2012

Congrès de Lille - Commission "Education & pédagogie"



La logique de sélection des élèves à l’œuvre dans notre système éducatif aboutit à un renforcement des inégalités scolaires et sociales. La réflexion du SNPDEN-UNSA, dans le cadre des travaux de son Xème congrès, a permis de revisiter l’architecture de notre école au regard des besoins d’élévation intellectuelle globale, d’épanouissement et d’équité entre les élèves, exprimés par la population et indispensables aux évolutions de notre pays . La mixité scolaire et sociale constitue des facteurs essentiels au développement des potentiels des élèves et au savoir vivre ensemble. 
Le « Réseau de l’école du socle commun » doit fédérer la formation des élèves tout au long de la scolarité obligatoire : former aux apprentissages fondamentaux, aux valeurs et aux attitudes nécessaires à tout citoyen. Une redéfinition de l’éducation prioritaire articulée autour de territoire et d’un pilotage en réseau est une nécessité.
Les missions de service public doivent être assurées au sein de l’Education nationale : la diversité des voies de formation encouragée dans les EPLE, notamment par le biais de l’apprentissage public, et la  formation tout au long de la vie structurée par des dispositifs adaptés et ancrés dans les établissements, ce que ne permet pas l’actuel projet de GIP GRETA. 
Les liens entre le lycée et les établissements d’enseignement supérieur  sont à renforcer ; accroître l’autonomie et la responsabilisation des élèves pour donner sens à cette préparation. Les coopérations pédagogiques entre les formations post-bac, impulsées dans chaque académie, dans le respect de l’autonomie des universités comme des EPLE, participent à l’efficience de cette articulation.  
La formation des enseignants doit nécessairement s’ancrer dans  ces missions nouvelles, le contexte de l’établissement et de son projet constituant des éléments déterminants à l’exercice du métier d’enseignant. Dans ce cadre, l’évaluation des personnels par la direction est légitime si elle se prolonge d'un regard croisé avec l’expertise didactique des corps d’inspection.

mardi 29 mai 2012

Un autre festival : Cannes, la palme de l’inégalité de traitement public-privé




A la rentrée 2011, une deuxième classe préparatoire MPSI (mathématiques-physique-sciences de l’ingénieur) avait été ouverte au lycée international de Valbonne (académie de Nice) et celui-ci attendait l’ouverture d’une deuxième classe de seconde année (MP),  à la rentrée 2012 afin que les 75 élèves accueillis en MPSI puissent poursuivre normalement leurs études. Finalement, le rectorat de Nice décida de geler cette ouverture en raison des difficultés de financement.

Pourtant, le 2 mai, Laurent Wauquiez, alors ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, autorise, dans une discrétion remarquable (ce ne fut connu sur place que le 16 mai), l’ouverture de la classe (refusée au lycée de Valbonne) au lycée privé Saint-Stanislas situé dans la même agglomération.

Ce lycée privé ne possède pourtant qu’une seule classe de MPSI de 18 élèves. D’où pourraient venir les élèves de sa classe de MP ? Tout simplement du lycée public qui ne pourra pas les accueillir en seconde année. Tout a d’ailleurs été prévu : le nombre de places prévues correspondant bien à cette hypothèse. De plus, au nom du principe de la « priorité aux montants », le lycée public ne pourra plus accueillir ce qu’on appelle les 5/2 (c’est-à-dire ceux qui refont une seconde année et obtiennent ainsi de meilleurs résultats aux concours), ceux-ci étant contraints d’aller dans le lycée privé qui ne manquera pas de s’enorgueillir de performances apparentes qui seront mécaniquement meilleures !

Le SNPDEN demande la remise à plat de cette décision dans le respect de la scolarité des élèves. Il renouvelle son exigence que les mêmes règles de transparence, d’équité, de souci de l’intérêt général soient également assurées pour tous et respectées partout.


vendredi 18 mai 2012

Communiqué de presse



16 Mai 2012
Les personnels de direction attendent qu’un nouveau chapitre de l'histoire de l'école s'ouvre enfin. Le SNPDEN adresse ses voeux de réussite à Vincent Peillon ...
qui vient d’être nommé ministre de l’Éducation nationale et à George Pau-Langevin, ministre déléguée à la Réussite éducative. Leur tâche sera ardue.
Les rudes coups portés ces dernières années succédant à une longue période d'indécision et de tergiversations laissent un système éducatif en très mauvaise santé : élitiste, stressant, médiocrement productif, socialement injuste, faiblement considéré.
C'est un travail de reconstruction qui est aujourd'hui nécessaire comme l'a évoqué le Président de la République lors de son hommage à Jules Ferry. C'est particulièrement le cas pour la scolarité obligatoire qui doit être extirpée de la culture oppressante de la compétition et du classement pour s’orienter vers la mise en place d'un véritable socle commun, compréhensible et partagé. C’est une condition pour lutter contre un échec scolaire socialement marqué.
Il faut maintenant faire des choix cohérents, réalistes, stables pour concrétiser les promesses de l'école.
Les personnels de direction savent qu'aucune transformation durable ne se concrétisera sans leur action : ils attendent que, maintenant, un nouveau chapitre de l'histoire de l'école s'ouvre enfin.

Les 20 ans du SNPDEN

Découvrez le numéro spécial des 20 ans du SNPDEN sur son site : 20 ans de construction du métier de personnel de direction

mardi 15 mai 2012

Le congrès de Lille...


> De nombreux et importants textes y ont été votés et seront diffusés dans une suite de Lettres de Direction

> Ce fut un beau congrès, bien organisé et chaleureusement accueilli par les collègues de Lille autour d’Hubert Ferare, le SA, et de Jacques Sirot, l’organisateur
> Le premier congrès "gazouillant" : plus de 300 collègues "followers"ont suivi en direct les épisodes du congrès en twittant
> Le congrès de 2015 sera accueilli à Avignon par les collègues d'Aix-Marseille

La vidéo des 20 ans du SNPDEN > c'est ici

mardi 8 mai 2012

Quelques photos de la journée de mardi








Quelques images de la journée de lundi








Le congrès de Lille au jour le jour...


Le congrès est sur Twitter, vous pouvez le suivre en cherchant le #snpden, ou en vous abonnant à @snpden.
Retrouvez sur la page d'accueil du site un lien vers des extraits du discours de Philippe Tournier ainsi que la vidéo des 20 ans (bientôt mis en ligne sur You Tube).
Lundi 07 mai
Les congressistes ont pris leurs quartiers au Grand Palais. Après 18 mois de préparation pour les collègues de l'Académie, c'est un plaisir de voir enfin arriver les congressistes, dans une atmosphère post électorale qui a imprégné toute la journée. Les représentants de la mairie de Lille, du Conseil Général, du Conseil Régional étaient là, ainsi bien sûr que les directeurs académiques du Nord et du Pas de Calais. La rectrice de Lille, retenue par des obligations de dernière minute, n'a pas pu nous honorer de sa présence.
Après le discours de Philippe Tournier, longuement applaudi, des questions plus techniques ont occupé la fin de la journée, avec les rapports d'activités et financier, ainsi que le vote pour la modification des statuts

lundi 9 avril 2012

Non à la journée de carence !


L'UNSA-Education lance une pétition contre la journée de carence auprès des candidats aux élections présidentielles :

"Madame, Monsieur,
Vous êtes candidat(e) à la Présidence de la République. Le gouvernement actuel a instauré, sans aucune concertation, un jour de carence dans la Fonction publique avec effet au 1er janvier 2012, faisant ainsi des fonctionnaires des boucs émissaires faciles. Cette décision pénalise tous les personnels dont l’état de santé nécessite un arrêt de maladie, comme s’ils en étaient personnellement responsables. Ce choix ampute un pouvoir d’achat déjà en berne depuis, entre autres, le gel du point d’indice imposé depuis 2011. Alors que la RGPP et la politique de suppression massive d’emplois ont aggravé les conditions de travail des agents, cette mesure s’avère particulièrement injuste et pénalisante pour les personnels à la santé la plus fragile. Les personnels signataires vous demandent de prendre l’engagement de supprimer cette mesure injuste, si vous êtes élu(e). "

Je signe la pétition

Attention : en raison de la période dite "de réserve", mentionnez votre nom et la mention générique "personnel de direction" mais pas vos fonctions précises (principal, proviseur-adjoint, etc.), ni votre lieu d’exercice.

jeudi 29 mars 2012

Congrès de Lille mai 2012


Le SNPDEN, le syndicat des personnels de direction de l’éducation nationale, membre de l'UNSA éducation, prépare son congrès.
Représentant plus de 70% des chefs d’établissement, le SNPDEN est depuis sa création en 1992 un partenaire incontournable du Ministère, et une force de proposition et d’innovation. Dans le contexte de l’après présidentielle, le congrès qui s’ouvrira à Lille le 07 mai 2012, avec 400 représentants de toutes les académies sera déterminant.
Pour préparer le congrès, le Bureau National du SNPDEN est réuni à Arras les 04 et 05 avril, autour de son secrétaire général Philippe Tournier. Il sera reçu par le Conseil Général mercredi à 18h, et tiendra à cette occasion un point presse.

mardi 20 mars 2012

Après le drame de Toulouse, le SNPDEN exprime sa solidarité


Jean-Paul Ginestet, secrétaire académique, a adressé le message suivant à l'établissement au nom du SNPDEN :

"Au nom du Syndicat National des Personnels de Direction de l’Education Nationale (SNPDEN) permettez-moi de vous dire simplement notre soutien dans la situation tragique à laquelle vous êtes doublement confronté.
Nous imaginons la douleur et la souffrance des proches, le sentiment d’impuissance et de solitude du directeur.
Nous imaginons l’interrogation lancinante, réitérée, permanente, dont on ne sait si elle peut trouver une réponse face à l’odieux et à l’inacceptable.
A vous, à vos proches, à la communauté scolaire du lycée Ozar Hatorah, nous souhaitons courage et détermination.
Nous espérons que vous conserverez le goût et l’envie nécessaires à la poursuite de votre action éducatrice au service de la jeunesse de l’établissement que vous dirigez.
L’école et les jeunes en ont besoin."

jeudi 8 mars 2012

Un tour de force : la formation des enseignants réduite à néant et sans faire d'économie !


La Cour des comptes est sans appel : la "réforme" de la formation des enseignants n’a atteint aucun des objectifs qui lui étaient assignés. La « masterisation », en supprimant quelques 9.500 équivalents temps plein, aurait pu rapporter 707 millions mais elle ne rapportera que 370 millions une fois déduites les indemnités des tuteurs, la revalorisation des débuts de carrière, les bourses au mérite (et sans compter les deux années d’études supplémentaires en master mais c'est un autre ministère qui paie!). Soit une économie décisive de 0,6% du budget de l’Éducation...

La Cour des comptes épingle également l’organisation de la formation et son contenu ; elle demande des décharges horaires pour les professeurs stagiaires en fonction des difficultés des postes, un recueil des besoins en formation et des masters d’enseignement construits à partir de référentiels précis. Elle propose que la place du concours soit modifiée « de façon que les étudiants n’aient pas été formés, en cas d’échec, à un métier qu’ils ne pourront exercer ». Ce que demande l'UNSA depuis le début...

Sans parler de la grave désaffection pour les concours qui semble se confirmer et qui compromet à terme la qualité du recrutement.
Et, en guise de conclusion, citons les dix mots-clefs retenus par les formateurs faisant le bilan de la première année de mise en œuvre de la « masterisation » : travail, fatigue, stress, évaluation, formation, surcharge, étudiants, gâchis, recherche, urgence.

Pour l'UNSA-Education, enseigner est un métier qui s'apprend et des enseignants formés au monde qui les entoure est une clef de la réussite des élèves.

la place des femmes et des hommes dans le syndicalisme


Depuis de nombreuses années, le SNPDEN est une des (trop) rares organisations syndicales à conduire une politique constante en ce qui concerne la place des femmes et des hommes dans les instances syndicales. En effet, l'article R3 du règlement intérieur y impose la représentation proportionnée des sexes. Aujourd'hui, le SNPDEN compte 40 % de femmes parmi ses adhérents c'est-à-dire un taux qui se rapproche de celui de l'ensemble des personnels de direction (45 %).

Que le genre ne soit pas un discriminant dans la gestion des carrières est d’ailleurs un combat syndical qui n'est pas achevé et reste d'avenir : si les femmes représentent 45 % des personnels de direction, elles ne sont que 37% de chefs d'établissement (25 % des proviseurs de 4° exceptionnelle et 35% de 4°) et 59 % des chefs d'établissement-adjoints. Pourtant, les femmes sont désormais majoritaires parmi les personnels de direction de deux académies (Créteil et Paris) et parmi les reçus au concours (53 %).

jeudi 16 février 2012

Les 6550 suppressions d’emplois dans le 2nd degré : du "macro" au "micro" !



La situation semble très contrastée selon les établissements et les territoires mais partout ce sera bien à la direction d'assurer la rentrée au prix de contorsions bien éloignées des préoccupations pédagogiques.

Cette année, c’est le lycée professionnel qui paiera le plus lourd tribut au prétexte de la phase finale de la mise en place de la réforme de la voie professionnelle. Une réforme dénaturée par des contraintes de gestion qui obligent au regroupement de sections, à la diminution drastique de l’accompagnement personnalisé, à l’absence des passerelles qui devaient permettre d’atteindre le bac pro en 4 ans au lieu de 3 et à la suppression de CAP.
Les dotations des collèges ne pouvaient souvent guère tomber plus bas et ne laissent aucune marge d’autonomie et celles des lycées varient au gré de règles  qui ont en commun de ne guère respecter les textes...

C’est pour cela que le SNPDEN veut que la cohérence, la prévisibilité et la transparence soient la règle dans les dotations aux EPLE, en particulier par la mise en place des "trois corbeilles" : une selon les horaires nationaux de la structure, une laissée à la responsabilité de l'EPLE, une liée aux politiques territoriales et sociales.

vendredi 3 février 2012

Le nouveau livret scolaire du baccalauréat est mal parti


Un projet d’arrêté sur le livret scolaire du bac a été rejeté lors de sa présentation au CSE. Le SNPDEN et l’ensemble de l’UNSA ont refusé de prendre part au vote.

Ce livret présente des aspects novateurs auxquels nous ne sommes pas opposés comme l’implication de l’élève dans la vie lycéenne mais il introduit des éléments qui n'ont fait l'objet d'aucune concertation, y compris sur des aspects pratiques.
Une fois de plus, on cherche à se donner l’illusion du mouvement en plaquant artificiellement de nouvelles dispositions sans tenir compte de la réalité.
Le SNPDEN pose la question de la dématérialisation du livret, ce qui éviterait bien du travail inutile et une coordination des données avec APB afin d’éviter que tout le monde passe son temps à recopier la même chose mais dans des documents différents. Hélas, cette coordination supposerait que les deux ministères travaillent ensemble : ça, ça risque d'être compliqué !

lundi 28 novembre 2011

Le programme de la table ronde à la MGEN :

mercredi 30 novembre 15h

15 h 10 Justice : Virginie DUVAL, Secrétaire générale de l’Union Syndicale des Magistrats
15 h 30 Education : Jean-Yves ROCCA, Secrétaire général Administration et
Intendance
15 h 50 Sécurité : (sous réserve) Philippe CAPON, Secrétaire général UNSA
Police
16 h 10 Education : Roger KEIME, Secrétaire général du Syndicat National des
Inspecteurs d’Académie
16 h 30 Santé : Philippe BLUA, Président ou Jérôme LARTIGAU, Délégué National
du Syndicat des Manageurs Publics de Santé
16 h 50 Education : Francis BOUGAULT, Secrétaire général adjoint du Syndicat
des Inspecteurs de l’Education Nationale
17 h 10 Sécurité : Sylvie FEUCHER, Secrétaire générale du Syndicat des
Commissaires de la Police Nationale
17 h 30 Education : Philippe TOURNIER, Secrétaire général du SNPDEN.

« Avec moins, peut-on encore faire bien ? »


 Education, justice, santé, sécurité : l’encadrement des services publics face aux restrictions

L’encadrement des services publics est partout confronté aux mêmes défis : comment assurer à la société le service de qualité qui lui est dû, même dans un environnement marqué par les restrictions et l’incertitude ? Qu’est-ce qui est encore possible et qu’est-ce qui ne l’est déjà plus ?
C’est autour de ces problématiques que le SNPDEN organise une table ronde animée par Maryline Baumard, journaliste, associant les représentants d’organisations professionnelles et de syndicats de l’encadrement de l’éducation, de la justice, de la santé et de la sécurité.
A&I (cadres administratifs), le SIEN et le SNIA (inspecteurs), le SMPS (hôpitaux), le syndicat des commissaires (intérieur) et l'UNSA-Police (sécurité) ont annoncé leur participation à cette table ronde.
Profitez-en pour signer en ligne la pétition de la Mutualité Française "Non à la taxe sur la santé" !
Tous les adhérents qui en ont la possibilité sont invités à nous rejoindre pour ce grand rassemblement à la MGEN

jeudi 17 novembre 2011

Le "Novembre du budget"

Budget en novembre, faillite en septembre ? Le SNPDEN lance l'action "Novembre du budget"
Lettre aux élus, rassemblements académiques, rassemblement national, semaine morte... Retrouvez les modalités de l'action

lundi 24 octobre 2011

Le SNPDEN progresse encore en voix comme en pourcentage

A l’occasion de ces élections professionnelles, les personnels de direction se sont illustrés par leur civisme et leur engagement : plus de 80 % d’entre eux ont participé au scrutin contre une moyenne de 40 % pour l’ensemble des personnels de l’Education nationale.
Dans ce contexte de forte participation, les personnels de direction ont renouvelé sans ambiguïté  leur confiance au SNPDEN en lui accordant 67,6 % de leurs suffrages, lui permettant  de progresser en pourcentage comme en voix. Ainsi, 6 908 personnels de direction (contre 6757 en 2008 et 6610 en 2005) lui ont accordé leurs suffrages, soit à nouveau la majorité absolue du corps électoral : c’est une situation exceptionnelle à l’issue de ces élections qui confirme avec éclat la représentativité du SNPDEN. Catherine Petitot, secrétaire générale adjointe, a été élue membre titulaire au Comité technique ministériel sur la liste de l’UNSA et représentera, seule, les personnels de direction dans  cette instance.
Hors du SNPDEN, la tendance est à la fragmentation. La seconde organisation recule de près de 15 % après s’être alliée à une coalition controversée pendant que d’autres organisations, mais  moins importantes, progressent.
Le SNPDEN remercie tous ses responsables et ses adhérents qui ont contribué à ces succès, nationaux comme académiques, et tous les collègues qui lui ont accordé leur confiance.
Il les appelle à se mobiliser à l’occasion de l’action autour du projet de budget 2012 conduite du 3 au 30 novembre prochain.

jeudi 6 octobre 2011

Budget en Novembre, faillite en Septembre ?


Il n'y a pas que des faillites financières : on peut aussi faillir à des idéaux !


14280 suppressions de postes sont envisagées dans le budget 2012 et toujours sans la moindre réforme structurelle. C'est "courage : fuyons" car cela signifie, encore une fois, le renvoi d’arbitrages impossibles aux établissements. Cela veut dire aussi la poursuite de la dérive dans le bricolage et le bavardage, laissant jouer à plein les logiques de gestion et les égoïsmes sociaux au sein du système éducatif. C'est sa faillite progressive et annoncée. C'est faillir aux idéaux de l'École. Nous ne nous y résoudrons pas.
C’est au moment du budget, et auprès des parlementaires qui le votent, qu’il faut agir.
C'est pourquoi le SNPDEN vous appelle à participer au
  « Novembre du budget »
Du 3 au 30 novembre, vous serez invités :
> à adresser aux parlementaires un courrier nommé « Ceci est une carte de vœux » (mise en ligne du courrier et des adresses le 3 novembre) ;> à être nombreux à l’un des 50 rassemblements du « Novembre du budget » à travers toute la France (mise en ligne progressive des dates et lieux) ;> à faire d'une « semaine morte » celle de la présentation du projet de budget de l’Education à l’Assemblée (une Lettre de Direction vous en préviendra) ;> à participer avec d’autres cadres de l’Education et des services publics au « Novembre du budget » à Paris, à la MGEN, le 30 novembre à 15h.
Pour suivre l’action du SNPDEN autour du budget 2012, allez dans la rubrique "Novembre du budget" sur le site.

mercredi 5 octobre 2011

Mais où est passé le Ministère ?


Le 2 octobre est paru un décret interministériel qui concerne la restauration scolaire (mais sans la signature du ministère de l'Education nationale!) d'application "immédiate" (donc théoriquement depuis lundi). Il impose des normes très strictes que détaille un arrêté (où notre ministère refait surface : ouf!). Au moment où l'on parle de "gouvernance", on peut s'étonner d'un fonctionnement aussi chaotique des pouvoirs publics qui semblent surtout en compétition ! On s'étonne aussi que notre ministère, si activiste quant aux internats (compétence pourtant transférée aux collectivités), n'ait pas trouvé le temps de la moindre communication à ce sujet : considère-t-il que les EPLE ne sont plus sous sa tutelle ?


L’application de ce décret risque de passer  par une augmentation notable du prix des repas car fruits de saison, légumes verts de proximité et laitages ont un coût parfois difficile à intégrer dans un équilibre financier de demi-pension. Mais ce détail n’est pas l’affaire des auteurs de ce décret !

Le SNPDEN a pris contact avec l’ARF (régions) et l’ADF (départements) pour en tirer les conséquences.

Dans l’immédiat : retirez sauces, sel et mayonnaise en libre-service. En revanche, pain et eau à volonté : une générosité bien dans le style de l’époque !

lundi 26 septembre 2011

La scolarisation des 15-19 ans a reculé


Le 27 septembre, soyons nombreux à participer aux manifestations. Et pas seulement au sujet des suppressions mais aussi d'une politique éducative à la dérive comme vient de le révéler l’OCDE  : la scolarisation des 15-19 ans a reculé en France, passant de 89 % à 84 %, alors qu’elle augmente ailleurs. Une évolution gravissime qui touche en premier les plus exposés comme l’a montréel’enquête publiée par le SNPDEN.

Ci-dessous : l'évolution du H/E à cette rentrée croisée avec le profil sociologique des établissements. Cela vaut tous les discours…


type
H/E2011
Evolution
du H/E
très favorisé
1,22
 + 0,43
un peu favorisé
1,26
- 0,63
moyen
1,41
- 1,70
un peu défavorisé
1,56
- 2,50
très défavorisé
1,56
- 2,39

mercredi 14 septembre 2011

Textes sur la discipline : pas d'application sans vote du Conseil d'Administration


Le nouveau décret sur la discipline n'est pas applicable dans les établissements sans modification préalable du règlement intérieur en raison de l'article R. 421-5 du Code de l'éducation. Seules les mesures devenues caduques ne peuvent plus être utilisées même si elles restent mentionnées dans les règlements intérieurs anciens toujours en vigueur.
 
Le Conseil supérieur de l'Éducation (CSE) de juillet s'est déroulé dans un climat très agité qui a conduit le ministère à retirer son projet de convention-cadre pour les mesures de responsabilisation, ce qui ne permet pas de les mettre en œuvre. De plus, beaucoup d'autres mesures, comme l'exclusion de la classe avec prise en charge dans établissement, achopperont sur la question des ressources.
 
Même si les interventions du SNPDEN lors des discussions initiales au CSE (en juillet et septembre 2010) ont permis d'atténuer les aspects les plus gênants de la version originelle de ce texte, un calendrier déphasé ne permet pas une application dans de bonnes conditions, sans compter la perpétuation d'ambiguïtés, particulièrement autour du concept nébuleux de "violences verbales".

Le SNPDEN reste attaché à une approche éducative des questions de discipline et réaffirme sa catégorique opposition aux outrances sécuritaires : la sérénité dans nos établissements a besoin de moyens, pas d'excès ! 

mardi 28 juin 2011

Scoop : la rentrée a lieu en septembre et il y a les vacances d'ici là !

La publication au Journal officiel, un 26 juin, des nouveaux textes sur la discipline ne permettra pas leur mise en œuvre effective à la rentrée de septembre 2011. En effet, cela nécessitera la modification du règlement intérieur des établissements après un vote de leur conseil d’administration et, en lycée, une consultation du conseil pour la vie lycéenne. Ces procédures ne pourront pas être menées à bien dans la plupart des établissements en juillet ou en août, d’autant que nombre d’entre eux viennent souvent de voter une version remise à jour de leur règlement intérieur qui sera celle qui figurera sur les carnets de correspondance des élèves. Le SNPDEN s’étonne d’autant plus de ce calendrier irréaliste que c’est pour le même motif qu'en septembre 2010, le ministère avait différé d’un an la mise en œuvre de ces textes.

Les principales mesures nouvelles auront de toute façon beaucoup de difficultés à se généraliser. C’est au moment où l’on incite les établissements à trouver des sanctions alternatives à l’exclusion qu’on supprime les postes d’assistants d’éducation susceptibles d’encadrer les élèves ou les emplois aidés qui concourent au fonctionnement de la vie scolaire.

Au ministère de l'Education nationale, la main gauche semble décidément ignorer ce que fait la main droite…

mercredi 22 juin 2011

Port de signes religieux à l'école : l'application de la loi attend toujours d'indispensables précisions

Le SNPDEN-UNSA est une des rares organisations de l'Éducation qui se soit résolument engagée en 2004 en faveur d'une loi sur le port des signes religieux à l'école. C'est pourquoi il est mieux placé que d'autres pour pouvoir s'exprimer aujourd'hui sur le respect de la laïcité dans les établissements et pour apporter son soutien à la direction du lycée Carnot à Paris.

Celle-ci, quelle qu'ait pu être son opinion sur la provocation avérée de cette professeure se présentant en tenue de moniale à une réunion d’harmonisation, s'en est tenue à la stricte application de loi qui ne lui permettait pas de lui interdire l'accès à l'établissement.

Comme pour l'accompagnement des sorties scolaires, comme pour les stagiaires de formation continue mêlés à des élèves de formation initiale, la provocation de cette professeure souligne la nécessité que le ministère apporte des réponses précises et applicables aux difficultés de mise en œuvre de la loi dans certaines circonstances, en particulier lors des examens, et que soient éclaircies les incidences de l'exercice d'une mission de service public par des personnels de l'enseignement privé religieux.

mardi 21 juin 2011

Collège : le retour des lubies obscurantistes ?

L’évaluation nationale en fin de 5ème, annoncée par la circulaire de rentrée, soulève l’hostilité des syndicats de l’UNSA dont le SNPDEN : une évaluation en fin d’année scolaire ne permet pas aux équipes pédagogiques une prise en compte individualisée des élèves rencontrant des difficultés d’apprentissage.

Maintenant, c’est le projet de loi Charpion qui prévoit la possibilité de l’apprentissage à 14 ans, certes avec des précautions mais laisse entrevoir la volonté de réintroduire des paliers d’orientation au collège. D’ailleurs, les milieux fondamentalistes de l’éducation se réjouissent bruyamment.

Le SNPDEN considère que le DIMA est suffisant pour permettre à un élève de suivre un parcours spécifique mais dans la logique du socle commun et sous la responsabilité de son collège.